mercredi 16 septembre 2015

Je suis un enfant parce que c'est le seul mot que je trouve pour dire combien c'est bon d'aimer les choses les plus infimes

"Je suis un enfant parce que c'est le seul mot que je trouve pour dire combien c'est bon d'aimer les choses les plus infimes, d'en tirer du plaisir sans honte, mais aussi d'être soucieuse, comme les enfants seulement le sont, soucieuse, orageuse, légère." Buvard de Julia Kerninon
Posté par ombretlumiere à 13:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 30 août 2015

le coeur bat, étrange boussole

  "L'homme est né pour aimer, les fondements de l'existence sont aussi simples que ça. Voilà pourquoi le coeur bat, étrange boussole; grâce à lui, nous trouvons aisaiment notre route à travers les brumes les plus opaques où les périls guettent de tous  cotés, à cause de lui, nous nous perdons et nous mourrons en plien soleil." Le coeur des hommes de  Jón Kalman Stefánsson
Posté par ombretlumiere à 22:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 26 août 2015

quelque chose d'immobile comme un visage sous le passage des ans

Et il expliqua qu'il aurait aimé un fond sonore capable de changer comme la lumière au cours d'une journée, donc de manière imperceptible et continue. Elégante, surtout. C'était très important. Il ajouta également qu'il ne voulait pas l'ombre d'un rythme, mais juste quelque chose en devenir qui suspende le temps, et remplisse le vide d'un itinéraire sans coordonnées. Il dit qu'il aimerait quelque chose d'immobile comme un visage sous le passage des ans.
Posté par ombretlumiere à 21:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 25 novembre 2014

La seule chose qui nous fait sentir vivant est aussi ce qui lentement nous tue

  "Un sentiment de vide incurable l'assaillit. Jasper Gwyn dut admettre au fond de lui que l'abandon des livres avaient crée un vide dans sa vie qu'il ne pouvait combler sinon à travers des rituels substitutifs imparfaits et provisoires, comme le fait d'assembler des phrases dans son esprit ou de lacer ses chaussures avec une lenteur idiote.Il avait mis des années à admettre l'idée qu'écrire lui était devenu impossible et maintenant il se trouvait forcé de constater que sans ce metier il lui était tres difficile d'aller de... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 23:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
lundi 24 novembre 2014

Le temps qui dure des moments

                                                                               "Il s’est écoulé une éternité.- C’est fini. Maintenant commence le temps, qui dure des moments." Le jour avant le bonheur de Erri De Luca
Posté par ombretlumiere à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 15 novembre 2014

Sans se battre et sans être blessé...

  " La vie  est soumise aux lois de la sélection naturelle. On y est donc en état de guerre perpétuelle. Mais l'art est de vivre sur le champ de bataile sans se battre et sans être blessé.     Sous les couvertures de Bertrand Guillot
Posté par ombretlumiere à 16:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 5 novembre 2014

Un sourire a le pouvoir de déchirer les ténèbres et d’illuminer le monde

Il est bon que quelqu’un puisse encore sourire ici-bas, un sourire a le pouvoir de déchirer les ténèbres et d’illuminer le monde.La fillette est joyeuse, perchée sur ses épaules; le sourire radieux, elle s’agrippe à son épaisse chevelure, mais son sourire pâlit, puis disparaît dès qu’il la pose devant l’église, toute chose grandit, devenant démesure, les gens se transforment en géants, elle baisse les yeux, trop timide pour les lever et les montrer, ce qui est déplorable car s’il est une chose susceptible de nous sauver, ce sont... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 12:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 14 juin 2013

La splendeur intacte du monde

      Ne garderai-je du jour que cette longue lassitude et la poussière des chemins au fond des yeux ? Je m'assiérai n'importe où, je tenterai seulement de reprendre souffle, sans hâte et comme pour mieux me souvenir. L'espoir, quand on s'arrête de marcher, devient inutile, mais le vieux désir d'être encore ne disparaît pas avec lui. Et je suis là, comme quelqu'un qui s'étonne que son corps le soutienne et le défende, ce corps meurtri, ce corps appesanti, le mien pourtant, et que je méprisais. Les grandes lois du... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 18:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 1 décembre 2011

Il nous faut toujours avancer

    "J'écris cela en tremblant, me sachant incapable d'une telle sagesse, mais convaincu pourtant (ou à cause de cela) qu'il n'y en a pas d'autre, si tant est qu'il y en ait une, et que tel est à peu près le chemin sur lequel, ou vers lequel, et difficilement toujours, il nous faut avancer..."Comte Sponville  Impromptus  
Posté par ombretlumiere à 16:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 2 novembre 2011

L'invisible souffle de vie

        Sur ces papiers grossiers, il consigne par écrit tout ce qu'il a vécu et vu sur terre, une terre inouïe de dénuement, inouïe de richesse. Il se peut alors qu'une ultime fois le miracle, déjà tant de fois attendu et vécu, ait lieu. Il ne se peut pas, une ultime fois, que le miracle n'ait pas lieu. En restituant morceau par morceau les événements d'une existence, cet être nommé Tian-yi, si banal, si singulier, finit par permettre au courant d'une eau vive de relier ses parties séparées,... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 16:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,