D'ombre et de lumiere

samedi 7 avril 2018

Ecouter la vie

                                                           IMG_20180327_175110154_HDR

 

Au lever du soleil, une fois mon tour de garde terminé , je retourne sur les lieux de mon enfance. Je ne peux pas les habiter comme dans mon enfance. je ne peux pas les habiter comme autrefois, ni m'y sentir tout à fait chez moi, car je ne suis plus le petit garçon que j'étais. Ce que j'essaie de revisiter quand je parcours ces rues en songeant au passe, c’est ma propre histoire, pas  un lieu réel. Je m’aperçois, fantôme assis sur une marche, grimpant aux arbres, buvant sur un banc. Juste avant l’aube, a l’heure ou le monde est le plus froid, je peux m’avouer que c’est la peur de l’avenir qui m’a ramené ici. Parce que l'avenir est un exil, quand  on voit l'enfance et la jeunesse filer derrière nous, se perdre dans le bleu et disparaitre. La vie se consume en souvenirs qui n’existent bientôt plus que dans nos têtes, jusqu’à ce qu'eux aussi s'éteignent. Je ne sais pas comment font les autres pour affronter. La force des gens m’impressionne. Aux petites heures du jour, je peux m'avouer que je me suis réfugié ici parce que je me rappelais m’être senti en sécurité dans cette ville, parce que j’étais assez vieux pour comprendre que vivre était périlleux, que c’était un miracle, et parce que j’avais peur. Aujourd'hui, je me rends compte que c'était malsain. Je regardais derrière moi un passé auquel je n'avais plus accès, alors que j’aurais dû chercher le moyen d'avancer, parce que c’est ce que font les gens chaque jour; et c'est humain, c'est héroïque. Je sens que je suis prêt à partir, a me mettre en quête d'une autre vie, à prendre ma vie en main, a commencer pour de bon. Puis je me promène dans Lizzy Gardens, alors que le ciel s'ouvre comme une fleur et que le monde bleuit a la lueur de l’aube; je traverse les rideaux de bruine sous les arbres qui ont retenu la rosée entre leurs bras aimants toute la nuit et la déposent délicatement à l’arrivée du matin. Je me souviens des soirées ou nous prenions des psilos dans le pré, je me souviens de la brûlure de la vodka dans ma gorge sur ces bancs, de baisers si beaux que je n’aurais même pas rêvé de les voler derrière ces haies, de chansons jouées sur des guitares désaccordées qui semblaient électriques lorsqu'elles brisaient la paix de ce lieu. J'entends le chant des oiseaux dont les trilles s'entrelacent dans l’air. Et alors je me dis: pas encore. Je ne partirai pas tout de suite.

Quand je marche, je sens qu'il y a une grâce à tenter de recueillir au creux de ses mains la vie qui coule, a essayer de la retenir un instant avant qu’elle ne disparaisse, chassée par une eau nouvelle, des temps nouveaux. A l’aimer a l’instant où elle passe. Le monde s’achève sans cesse autour nous. Chaque mesure de notre partition appartient déjà au souvenir et à l’imagination au moment on nous la jouons. Autant l’écouter.

 

Ce qu'on entend  quand on ecoute chanter les rivières de Barney Norris

 

                            IMG_20180327_175146566             IMG_20180327_171824612

A

                                                                   

     

Posté par ombretlumiere - Souffle(s) posé(s) [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


lundi 26 octobre 2015

Comme quelqu'un qui cherche à lire ce qui ne déchiffre plus

IMG_20141107_134249

Comme quelqu'un qui cherche à lire ce qui ne déchiffre plus les mots du livre,

comme quelqu"un qui tend la main et toutes les mains se détournent

comme quelqu"un qui a beaucoup marché et maintenant il ne sait plus s'il doit faire halte

Comme qui ressemble à ce qu'il n'est pas

et quelque chose se rebelle en lui et puis s'épuise

 

Morceaux de ciel Presque rien de Claude Esteban

 

Sans titre 110

IMG_20141107_133606

Posté par ombretlumiere - - Souffle(s) posé(s) [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 22 octobre 2015

le temps de l'écriture

Le temps nous embrouille, ne trouvez-vous pas ? Les physiciens savent jouer avec mais, en ce qui nous concerne, il faut nous accommoder d'un présent fugace qui devient un passé incertain et, si confus que puisse être ce passé dans nos têtes, nous avançons toujours inexorablement vers une fin. En esprit, cependant, tant que nous sommes vivants et que nos cerveaux peuvent encore établir des connexions, il nous est possible de sauter de l'enfance à l'âge adulte, puis en sens inverse, et de dérober, dans l'époque de notre choix, un petit morceau savoureux ici, un autre plus amer, là. Rien ne peut jamais redevenir comme avant, mais uniquement comme une incarnation ultérieure. Ce qui était autrefois l'avenir est maintenant le passé, mais le passé revient au présent à l'état de souvenance, il est ici et maintenant dans le temps de l'écriture.

 

Un été sans les hommes de Siri Hustvedt

P1100056

P1100058

Posté par ombretlumiere - Souffle(s) posé(s) [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 4 octobre 2015

Sentir le ciel si vaste...

dans l'envol

 

 

 

 

Posté par ombretlumiere - - Souffle(s) posé(s) [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 30 septembre 2015

A quelle lumière découvrir la beauté des choses ...

DSCF2304

DSCF2305

 

En ces aubes où fermente la nuit

De quel élan

gravir?

De quel œil contempler

villes visages siècles douleurs espérance?

De quelles mains creuser un sol toujours fécond?

De quelle tendresse chérir vie et terre
Abolir la distance
Cicatriser l'entaille?

A quelle lumière découvrir la beauté des choses
Obstinément intacte sous le squame des malheurs?

Andrée Chedid

 

Posté par ombretlumiere - Souffle(s) posé(s) [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 27 septembre 2015

Chaque monde est le reflet déformé de tous les autres

reflet

"Peut-être chaque monde n'est il que le reflet déformé de tous les autres, un miroir lointain dans lesquels les ordures semblent briller comme un diamant, peut-être n'y at-il qu'un seul monde en dehors duquel il nous est impossible de fuir car les lignes de ces chemins illusoires se rejoignent tous."

le sermon sur la chute de Rome de Jérome Ferrari

 

Posté par ombretlumiere - Souffle(s) posé(s) [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,