samedi 5 septembre 2015

je lis comme je reve

  Je lis comme je reve, intensement, une vie boulversante qui impregne et s'evapore, une empreinte invisible et amnésique seule subsiste.                      
Posté par ombretlumiere à 08:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 30 août 2015

le coeur bat, étrange boussole

  "L'homme est né pour aimer, les fondements de l'existence sont aussi simples que ça. Voilà pourquoi le coeur bat, étrange boussole; grâce à lui, nous trouvons aisaiment notre route à travers les brumes les plus opaques où les périls guettent de tous  cotés, à cause de lui, nous nous perdons et nous mourrons en plien soleil." Le coeur des hommes de  Jón Kalman Stefánsson
Posté par ombretlumiere à 22:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 19 novembre 2014

Une vie à soi

                                                   "Tu continues à avancer très lentement dans ce parc dans lequel tu es venue te promener depuis que tu es née. Mais c'est à peine si tu te souviens des promenades d'avant: elles appartiennent à un autre monde desormais; Un monde qui s'est recroquevillé comme un tas de feuille mortes, dans lequel tu ne veux plus retourner. Tu l'as laissé derriere toi; tu... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 22:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 29 avril 2014

Des vies en forme d'éventail

  "La carte volante. L'imprevisible carte volante qui ne sors jamais quand il faudrait. Fut-elle sortie plus tôt, des années plus tôt, que serait il advenu de moi ? Je scrutai mes paumes de mains dans l'espoir d'y lire l'autre vie, la vie parallèle. Le point où mes differentes facettes se séparaient où l'une partait tandis que l'autre restait ici. Est-ce là ce qui explique que nous pouvons rencontrer une personne que nous ne connaissons pas et avoir l'impression de l'avoir toujours connue? Que ces habitudes n'aurons rien... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 18:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 5 avril 2014

La question de l'accumulation

  "La question de l'accumulation", avait écrit Adrian. Vous misez sur un cheval il arrive premier, et vos gains sont reportés à la course suivante, et ainsi de suite. Vos gains s'accumulent. Mais les pertes s'accumulent-elles? Pas sur les champs de courses: là on ne perd que sa mise initiale. Mais dans la vie? Peut-être qu'ici des règles différentes s'appliquent. On parie sur une relation, elle échoue; on passe à la suivante, elle échoue aussi: et peut-être que ce qu'on perd, ce n 'est pas simplement deux mises, mais un... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 14:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 2 octobre 2012

En moi, un été invincible

  ...Avant pendant apres la chute... ...ce qu'il y a ... La merveilleuse force des mots . Et le  gout d'aimer et de se battre.     "Je suis donc de la race des bâtards qui peuplent le monde. Ce qui est impur, impar­fait, mélangé, mû par le seul désir de vivre malgré la violence du monde et sa meurtrière quête de pureté.  Nous volons toujours au-dessus de la Méditer­ranée. La Corse et la Sardaigne apparaissent, se détachant nettement au travers du hublot.Les terres ocre qui se dessinent en... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 18:34 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 25 février 2012

La confiance est la capacité enfantine d’aller vers ce que l’on ne connaît pas comme si on le reconnaissait

    "Prendre soin,être confiant . Et naître. Naître une fois,deux fois,trois fois,entrer à chaque instant dans une vie blanche comme dent de lait,et que la mort ne saisisse dans le vieil homme qu'un nouveau-né,et que mourir ne soit qu'une naissance de plus,surajoutée aux autres,une naissance comme on dit d'une image:surexposée" "Dire,  cette vie est un jardin de roses,c'est mentir. Dire , cette vie est un champ de ruines,c'est mentir. Dire , je sais les horreurs de cette vie et je ne me lasserai jamais d'en... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 10:52 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 7 décembre 2011

la brodeuse

     de nos dechirure, defaire les nœuds, relier a sa façon les fils qui nous tissent...    
Posté par ombretlumiere à 15:58 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 2 novembre 2011

L'invisible souffle de vie

        Sur ces papiers grossiers, il consigne par écrit tout ce qu'il a vécu et vu sur terre, une terre inouïe de dénuement, inouïe de richesse. Il se peut alors qu'une ultime fois le miracle, déjà tant de fois attendu et vécu, ait lieu. Il ne se peut pas, une ultime fois, que le miracle n'ait pas lieu. En restituant morceau par morceau les événements d'une existence, cet être nommé Tian-yi, si banal, si singulier, finit par permettre au courant d'une eau vive de relier ses parties séparées,... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 16:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 29 mai 2011

La mort est quelque chose de vivant. Elle porte le sens de la vie, sa valeur infinie.

C'est cette maturité qui fait envisager le temps sous un autre angle en faisant apercevoir une irréversibilité créatrice derrière l'irréversibilité destructrice. Le langage l'exprime fort bien quand il parle d'avancer en âge pour qualifier le fait de vieillir. On avance quand on vieillit. On ne fait pas que reculer. La vieillesse n'est pas simplement la jeunesse qui recule. Elle est le temps qui avance. Cela permet de percevoir la mort sous un autre angle. La mort n'est pas simplement ma mort, ni ta mort, ni sa mort. C'est « la... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 22:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,