samedi 6 mars 2010

L'estuaire des mots

Et l'iceberg des mots qui resteront secrets, l'iceberg des mots d'encre qui se dissolvent en route, descend au gré d'un courant qui est ma vie et qui n'est pas ma vie. Après tout dérisoire, mon bloc de mots descend le « fleuve impas­sible » dont les berges s'éloignent, s'estompent, mais lui seul m'aide à sentir le Temps, à rendre le Temps sensible, à pressentir l'estuaire du Temps, puis, au-delà, l'étendue indifférente où se jette tout ce qui s'écrit, tout ce qui s'est lu, tout ce qu'on a cru vivre. La vie courante de... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 10:50 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 9 novembre 2009

Reflet d'une ville

J'étais là sous le ciel sombre d'un été moribond et il me semblait rejoindre d'anciennes peurs, d'anciens désarrois, le choc d'anciennes batailles et le chantonnement très doux d'anciens bonheurs possibles dont ce même ciel était le seul témoin aveugle. Je me suis baissé pour ramasser une pierre contre laquelle j'avais buté et j'ai gardé cette pierre entre mes mains comme un petit crâne. Il m'a semblé que quelque chose passait. Le contraire d'un événement. Quelque chose qui s'offrait à moi avec évidence. Un signe sans... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 12:19 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
samedi 7 novembre 2009

La diagonale du vide

  Dans le gîte d'Ardèche, elle avait pris le temps de m'expliquer ce que les géographes appellent, en France la Diagonale du vide, et je finissais par me demander s'il n'existait pas, dans ma vie comme dans celle de chaque individu, une diagonale analogue, large bande de solitude et d'abandon où les sensations sont atténuées, les événements absents. Comme si les temps forts, les aventures, les grandes et les petites passions avaient toujours lieu ailleurs, au loin, dans quelque Afghanistan mental, dans le roman de la vie des... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 12:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 20 octobre 2008

Obscure lucidité

Je passe, et par la magie de ce simple passage de maraudeur, ma pensée, flottant tout à coup dans l'intensité des choses, possède à nouveau le monde, mais de façon absolument non possessive. Ma pensée confrontée au monde comme à un bloc de non-sens rejoint une étrange beauté qui ne dépendait que d'un coup d'œil, d'un coup de dés.Où se trouve le « bon côté des choses » ? Je n'en sais rien, mais je sais qu'il existe et que cela suffit. Et je sais qu'une vigilance et une résistance sont possibles.Je deviens l'anti-vigile,... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 00:28 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 24 août 2008

D'or et de lumière

"Là est le chemin. La "profondeur" où la découverte d'une loi générale permet de disposer les instants les plus singuliers, de disposer d'eux, et, peut-être, de ne pas mourir trop mal. La question du Temps" est d abord un problème d'éclairage. saisir non seulement des lumière nouvelles, mais accompagner des lumières dans ses changements." Pierre Péju  La vie courante
Posté par ombretlumiere à 11:11 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 22 juillet 2008

Le jour file vers la nuit

        L'instant est un point, mais un point profond, insondable.. Atomisé, coloré, l'instant permet le voyage immobile, ou l'immobilité à grande vitesse. Pierre Péju  La vie courante
Posté par ombretlumiere à 21:55 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
lundi 26 mai 2008

Ce papillonnement rouge vif et tellement éphémère qu'est la vie...

Un soir d'été, je traversais ainsi, en compagnie d'un enfant, un très grand pré en pente aux herbes hautes. Les arbres remuaient dans le vent et les nuages passaient bien vite. L'enfant lâcha alors ma main pour courir, puis revenir, et courir encore, comme font les chiens, les tourbillons, les pensées parfois à l'approche du soir. Il était beau. Ce n'était même pas une question de traits ou de gestes. C'était la lumière de cet instant. Une lumière qui ne venait pas du ciel, mais de... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 09:04 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 17 mai 2008

A l'autre extrémité...

On ne considérera jamais assez la station debout, et les déambulations qu'elle permet, comme une admirable conquête. Gloire aux jambes qui ont un jour commencé à nous porter, sous les sourires d'encouragement — « C'est bien, c'est bien, mais il se tient tout seul ! » —, puis à nous conduire durant tout le voyage, ces jambes qui, un jour futur, nous lâcheront à nouveau, plus lasses que lâches, usées, réclamant cannes et béquilles. Gloire aux jambes, donc, gloire à leur couple éphémère. Comme dit le sphinx, l'animal... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 10:38 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,