lundi 31 août 2015

Au bruit du vent de l'accordéon Laisser son cœur voler comme un oiseau

"— C’est bien ça que tu ressens ? dit-elle. Tu sens que tu pourrais déchiffrer mon coeur?  — Oui. Ton coeur est sans doute juste à portée de main, et je ne m’en aperçois pas. La façon de le trouver doit être présente en ce moment même sous mes yeux. — Ce doit être vrai, si tu le ressens. — Mais je ne peux pas le trouver. Assis par terre l’un à côté de l’autre dans la réserve, adossés au mur, nous regardions les crânes. Mais ceux- ci restaient obstinément silencieux et... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 19:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 22 octobre 2011

Onde invisible, le frémissement du silence

    Les musiciens donnent des récitals de « musique silencieuse ». A défaut de piano, le pianiste a dessiné sur une longue bande de papier un clavier avec ses touches noires efi blanches. Il y exerce ses doigts et joue des morceaux de Schumann, de Chopin ou de Rachmaninov en chantonnant. Le premier moment d'excitation passai son visage est vite inondé de larmes ; il sait, en regardant ses mains abîmées par tous les travaux de force qu'il ne sera plus jamais un vrai pianiste. Quelquefois il accompagne le... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 20:27 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 8 décembre 2010

Pierres de rêves...

        La plus belle expérience que nous puissions faire, disait Einsteinn est celle du mystère, la source de tout vrai art et de toute vraie science. On considère si souvent l’art comme radicalement différent, opposé la science, comme l’émotion à la raison. On imagine que la froide lucidité, l’aride objectivité  de la démarche scientifique qui révèle la réalité du monde, s’oppose au tumulte irrationnel, au sentiment d’étrangeté que produit la démarche artistique qui révèle la manière dont nous... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 17:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 28 juin 2010

Bruissante et divisée

          ...A un moment donné, sans pouvoir nettement distinguer un contour, donner un nom à ce qui lui plaisait, charmé tout d’un coup, il avait cherché à recueillir la phrase ou l’harmonie—il ne savait lui-même—qui passait et qui lui avait ouvert plus largement l’âme, comme certaines odeurs de roses circulant dans l’air humide du soir ont la propriété de dilater nos narines. Peut-être est-ce parce qu’il ne savait pas la musique qu’il avait pu éprouver une impression aussi confuse, une de ces... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 22:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 20 juin 2010

La lumière d'un écho

"(...) les plus belles des musiques, celles qui me requièrent tout entier, sont les œuvres qui ont lieu au plus près du silence (....) ont noté le bruissement stellaire, arachnéen ou mystique qui fait de la musique un silence traduisant un surcroît de silence." Musique secrète de Richard Millet
Posté par ombretlumiere à 22:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 12 mars 2010

L'être humain ne sera jamais adulte tant qu'il s'en remet à d'autres pour sa dignité

"Le piano soudain résonne. Elle baisse la tête. La vague sonore recouvre tout, tendre comme une mère se penchant sur son enfant. La lumière fanée du crépuscule. Elle réveille dans ses yeux la lueur des soirs heureux. Le murmure des eaux, le crissement des grillons, le chant limpide des oiseaux, le bruissement des feuillages s'élevant des brumes de l'oubli pour accueillir l'aube. Silencieux et tendre, son père l'emmène dans les jardins de la banlieue de Hanoï. Là, parmi les fleurs de xuxi dorées, les œillets aux pétales... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 10:03 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 14 février 2010

En nous fait halte la nuit

Nous sommes le lieu En nous fait halte la nuit Chaque fois        pour la première foisNous sommes l'instant En nous jaillit le jour Chaque fois          pour la première foisEn nous le lieu En nous l'instant Nous consentons à être          le jour dans la nuitPour toutes une foisFrançois Cheng Difficile en ce moment... Je fais halte pour un temps en attendant des jours meilleurs - je suis sûre que le dégel n'est pas si loin-. Peut-être même... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 19:31 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
lundi 9 novembre 2009

Reflet d'une ville

J'étais là sous le ciel sombre d'un été moribond et il me semblait rejoindre d'anciennes peurs, d'anciens désarrois, le choc d'anciennes batailles et le chantonnement très doux d'anciens bonheurs possibles dont ce même ciel était le seul témoin aveugle. Je me suis baissé pour ramasser une pierre contre laquelle j'avais buté et j'ai gardé cette pierre entre mes mains comme un petit crâne. Il m'a semblé que quelque chose passait. Le contraire d'un événement. Quelque chose qui s'offrait à moi avec évidence. Un signe sans... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 12:19 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
jeudi 7 mai 2009

~~ en eau filante ~~

Pas encore le temps de me poser vraimentjuste un petit saut par icije reviensje reparsmais bientôtpour de bonun peu plus par ici Et pour patienter, un morceau pas récent c'est sûr mais qui n'a pas pris une ride...
Posté par ombretlumiere à 17:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 4 mars 2009

Les desirs les plus profonds

    Combien de fois dans ta vie, as-tu vraiment demandé quelque chose à quelqu'un ? Nous n'osons plus. Nous espérons. Nousrêvons que ceux qui nous entourent devinent nos désirs, que ce ne soit même pas la peine de les exprimer. Nous nous taisons. Par pudeur. Par crainte. Par habitude. Ou nous demandons mille choses que nous ne voulons pas mais qu'il nous faut, de façon urgente et vaine, pour remplir je ne sais quel vide. Combien de fois as-tu vraiment demandé à quelqu'un ce que tu voulais ? Laurent Gaudé... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 19:07 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,