lundi 31 août 2015

Au bruit du vent de l'accordéon Laisser son cœur voler comme un oiseau

"— C’est bien ça que tu ressens ? dit-elle. Tu sens que tu pourrais déchiffrer mon coeur?  — Oui. Ton coeur est sans doute juste à portée de main, et je ne m’en aperçois pas. La façon de le trouver doit être présente en ce moment même sous mes yeux. — Ce doit être vrai, si tu le ressens. — Mais je ne peux pas le trouver. Assis par terre l’un à côté de l’autre dans la réserve, adossés au mur, nous regardions les crânes. Mais ceux- ci restaient obstinément silencieux et... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 19:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 14 juin 2013

La splendeur intacte du monde

      Ne garderai-je du jour que cette longue lassitude et la poussière des chemins au fond des yeux ? Je m'assiérai n'importe où, je tenterai seulement de reprendre souffle, sans hâte et comme pour mieux me souvenir. L'espoir, quand on s'arrête de marcher, devient inutile, mais le vieux désir d'être encore ne disparaît pas avec lui. Et je suis là, comme quelqu'un qui s'étonne que son corps le soutienne et le défende, ce corps meurtri, ce corps appesanti, le mien pourtant, et que je méprisais. Les grandes lois du... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 18:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 3 décembre 2011

Dans la forêt des souvenirs perdus

                "La vie est un labyrinthe inextricable, et chaque être, perdu dans sa solitude, erre en silence pour chercher une quelconque issue au tragique destin de son existence. Seuls les fils d'Ariane que sont les liens d'amitié et d'amour, qu'il tisse avec les autres êtres dans ce même labyrinthe, lui donnent le courage de continuer à chercher et à avancer chaque jour. Sans ces fils d'Ariane, l'être humain sombrerait dans la folie, comprendrait qu'il n'est rien et se donnerait... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 11:20 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
lundi 20 décembre 2010

Comme la fumée, changeants et éphémères

    "Les souvenirs ne s organisent pas chronologiquement, ils sont comme la fumée, si changeants et éphémères que si on ne les écrit pas, ils disparaissent  dans l'oubli. ...  La mémoire va et vient, comme un interminable anneau de Moebius." Isabel Alliende Mon pays réinventé    
Posté par ombretlumiere à 18:49 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 8 décembre 2010

Les couleurs de l'oubli

           (suite de Pierres de rêves) "Il y a une autre maladie encore un autre situation de handicap où la musique peut jouer un rôle important. La perte des fonctions cognitives qui peut avoir de nombreuses causes dont les maladies neuro-dégénératives et  dont la maladie d’Alzheimer. Et souvent la maladie d’Alzheimer est décrite comme une perte de soi, comme la disparition de la personne. Perte de soi, écrit Oliver Sacks, je ne l’ai jamais cru. Pour moi, au contraire, le... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 18:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 30 octobre 2010

Le reste est silence

     "Les souvenirs se construisent avec délicatesse avant de se poser dans la mémoire:  mais ils ne se figent pas, ils se transforment au rythme des sentiments qui les accompagnent, jusqu'au jour où il devient malaisé de distinguer la part de vérité qu'ils contiennent."  Le reste est silence de  Carla Guelfenbein   
Posté par ombretlumiere à 22:56 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 23 septembre 2010

Les souvenirs sont des îles qui flottent dans l’océan de l’oubli

    Les gens devenaient-ils oublieux lorsqu’ils avaient quelque chose à oublier ? L’oubli ne tenait-il qu’à l’incapacité de retenir les choses ? Peut-être les vieilles gens n’oubliaient rien mais se refusaient simplement à retenir ceci ou cela. A partir d’une certaine quantité de souvenirs, chacun devait finir par en être saturé. L’oubli n’était donc lui-même qu’une forme de souvenir. Si l’on n’oubliait rein, on ne pourrait pas non p)lus se souvenir de quoi que ce soit. Les souvenirs sont des îles qui... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 17:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 4 février 2009

~~~ Fumée ~~~

dans quelle nuit obscure s'en va puiser la mémoire pour façonner nos souvenirs   survivant au temps se relève l'oiseau-soleil quels intimes voyages fondent nos mythes illusoires   la vérité de l'âme - l'insaisissable - est dans le blanc du poème   la vérité du dire dans son silence   Amina Saïd ~ ~~~ ...il faudrait écrire comme passe le vent, comme coule l'eau. il faudrait dire les jours dans ce qu'ils ont de plus flou, de plus fugace et finir par ne rien dire.il faudrait que les... [Lire la suite]