mercredi 2 mai 2012

La grandeur de l'humain: éloge de l'humilité

... Il lui a suffi de savoir que ce n'était pas en lui, mais dans la bruissante rumeur du monde, qu'il trouverait réponse à ses questions. Et sa boussole (car il en a une) est que la force de son amour ne vient pas de lui, mais de ce qu'il aime... "L'humilité tout d'abord semblait cousine de ces vertus d'effacement et de mesure qui nous épargnent d'imposer aux autres, qu'ils en veuillent ou non, notre présence, notre regard, notre conviction, notre jugement, et d'envahir leur espace comme par droit de conquête : la modestie,... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 18:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 25 mars 2012

Le mot infini est infini

 Le mot infini est infini,Le mot mystérieux est mystérieux.Tous deux sont infinis, mystérieux.Syllabe après syllabe tu tentes de les convoquersans qu’une lumière annonce leur empire,sans qu’une ombre dise à quelle distance d’euxest l’opacité où tu évolues.Ils vont vers l’éclatante clarté et y nichent,quand tu les laisses libres dans l’airen espérant qu’une aile inexplicablet’emporte vers leur volY a-t-il autre chose que sa saveur dans le goût de la vie ?Ida Vitale  Ombre de la mémoire,
Posté par ombretlumiere à 12:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 13 février 2012

nous allons et nous allons vêtus d'ardeur, vêtus de nuit;

  A la lisière   Tu ne sais où nous allons Plus étranges que le mystère, Entre le gris et l'étincelle Aimant la rosé, aimant  l'ami, Embourbés dans nos ruelles Semblables et lisses dans la mort.   Te ne sais d'où nous venons De quel séjour vers quelle poursuite, Avec nos ongles avec nos ailes A la lisière de nos deux vies; Dessous les toits, devers l'immense, Entre nos murs et notre cri.   Mais nous allons et nous allons Vêtus d'ardeur, vêtus de nuit; Comme si l'autre monde était le... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 17:32 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 21 mars 2011

La nuit ne communique pas avec le jour. Elle y brûle.

"La nuit ne communique pas avec le jour. Elle y brûle. On la porte au bûcher à l'aube. Et avec elle ses gens, les buveurs, les poètes, les amants. Nous sommes un peuple de relégués, de condamnés à mort. Je ne te connais pas. Je connais ton ami turc ; c'est l'un des nôtres. Petit à petit il disparaît du monde, avalé par l'ombre et ses mirages ; nous sommes frères. Je ne sais quelle douleur ou quel plaisir l'a poussé vers nous, vers la poudre d'étoile, peut-être l'opium, peut-être le vin, peut-être l'amour ; peut-être quelque... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 21:20 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,