vendredi 14 juin 2013

La splendeur intacte du monde

      Ne garderai-je du jour que cette longue lassitude et la poussière des chemins au fond des yeux ? Je m'assiérai n'importe où, je tenterai seulement de reprendre souffle, sans hâte et comme pour mieux me souvenir. L'espoir, quand on s'arrête de marcher, devient inutile, mais le vieux désir d'être encore ne disparaît pas avec lui. Et je suis là, comme quelqu'un qui s'étonne que son corps le soutienne et le défende, ce corps meurtri, ce corps appesanti, le mien pourtant, et que je méprisais. Les grandes lois du... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 18:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mardi 14 juin 2011

Châteaux éphémères

      "Qu'un grain se glisse dans la blessure si mal refermée et tout bascule : amours, rêves, certitudes. Notre chemin se perd sous le sable, pierre sans mémoire qui coule entre nos doigts, chair des destins fragiles, ciment des châteaux éphémères."   Philiippe Grimbert    Un garçon singulier     
Posté par ombretlumiere à 11:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 19 mai 2007

Avancer nécessite parfois d'abandonner une partie de ce qui nous constitue

Aucune frontière n'est facile à franchir. Il faut forcément abandonner quelque chose derrière soi. Nous avons cru pouvoir passer sans sentir la moindre difficulté, mais il faut s'arracher la peau pour quitter son pays. Et qu'il n'y ait ni fils barbelés ni poste frontière n'y change rien. J'ai laissé mon frère derrière moi, comme une chaussure que l'on perd dans la course. Aucune frontière ne vous laisse passer sereinement. Elles blessent toutes. Eldorado   L.Gaudé Avancer necessite parfois d'abandonner une partie de... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 00:04 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,