mercredi 9 septembre 2015

Seul le vent

                                             Seul le vent   Nous sommes là silencieux depuis de longues heures déjà Sous le ciel du matin réunis en petits groupes tirant sur une cigarette Ou jouant du bout du pied avec un caillou. N’attendez pas de nous que nous parlions. Nos mots n’ont plus de force contre le monde. Alors nous les gardons pour nous Et nous écoutons le vent qui fait trembler la toile de la... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 10:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 4 mars 2009

Les desirs les plus profonds

    Combien de fois dans ta vie, as-tu vraiment demandé quelque chose à quelqu'un ? Nous n'osons plus. Nous espérons. Nousrêvons que ceux qui nous entourent devinent nos désirs, que ce ne soit même pas la peine de les exprimer. Nous nous taisons. Par pudeur. Par crainte. Par habitude. Ou nous demandons mille choses que nous ne voulons pas mais qu'il nous faut, de façon urgente et vaine, pour remplir je ne sais quel vide. Combien de fois as-tu vraiment demandé à quelqu'un ce que tu voulais ? Laurent Gaudé... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 19:07 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 19 mai 2007

Avancer nécessite parfois d'abandonner une partie de ce qui nous constitue

Aucune frontière n'est facile à franchir. Il faut forcément abandonner quelque chose derrière soi. Nous avons cru pouvoir passer sans sentir la moindre difficulté, mais il faut s'arracher la peau pour quitter son pays. Et qu'il n'y ait ni fils barbelés ni poste frontière n'y change rien. J'ai laissé mon frère derrière moi, comme une chaussure que l'on perd dans la course. Aucune frontière ne vous laisse passer sereinement. Elles blessent toutes. Eldorado   L.Gaudé Avancer necessite parfois d'abandonner une partie de... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 00:04 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 2 mai 2007

Rien ne justifie rien, si on omet de regarder avec les yeux de l'intérieur.

  "Jusque-là, il n'avait vu qu'un corps emmitouflé, qu'une femme éreintée de fatigue, une pauvre âme déshydratée, qui ne voulait pas quitter la nuit. Mais lorsqu'il croisa son regard, il fut frappé par cette tristesse noire qui lui faisait serrer la rambarde de toute sa force. C'était le visage de la vie humaine battue par le malheur. Elle avait été rouée de coups par le sort. Cela se voyait. Elle avait été durcie par mille offenses successives. Et il sentit que, malgré cette faiblesse physique qui la rendait peut-être... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 20:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :