samedi 15 novembre 2014

Sans se battre et sans être blessé...

  " La vie  est soumise aux lois de la sélection naturelle. On y est donc en état de guerre perpétuelle. Mais l'art est de vivre sur le champ de bataile sans se battre et sans être blessé.     Sous les couvertures de Bertrand Guillot
Posté par ombretlumiere à 16:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 12 novembre 2014

D'automne

 
Posté par ombretlumiere à 23:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
lundi 10 novembre 2014

Le Passe-Temps

Le Passe-Temps A ceux que mon coeur aime et dont il se souvient, à ceux qui m'ont aimé une fois seulement dans ce passage étroit entre nuit et lumière, quelle autre voix déjà presque muette en moi murmure-t-elle encore à l'oreille de personne : "Merci, chers compagnons des rires et des larmes, merci, les mains tendues, et puis adieu, adieu -" ?
Posté par ombretlumiere à 19:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 9 novembre 2014

Les livres, ces infimes morceaux d'âmes

  "Les livres portaient les espoirs démesurés et les doutes abyssaux de leurs auteurs, ce qu'ils avaient vécu et ce qu'ils auraient aimé vivre, ainsi que d'infimes morceaux d'âme dont ils n'avaient pas conscience" Sous les couvertures de Bertrand Guillot      
Posté par ombretlumiere à 16:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 7 novembre 2014

l'amour est ce qui rend visible

        "Il faut de l'amour pour saisir un visage, l'amour est ce qui rend visible. Et qu'est-ce qui nous intéresse, à part être sous le regard ? Qu'est-ce qui nous blesse, sinon la transparence où nous sommes laissés ? Rien ne nous manque jamais que la foi des visionnaires et le don du visage : si nous pouvions seulement, ne serait-ce qu'une fois, céder au mystère de l'apparition... Si nous pouvions oser ce geste mystique et fou : croire nos yeux. Qu'est-ce qu'être aimé, dis-le moi, sinon apparaître –... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 23:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 5 novembre 2014

Un sourire a le pouvoir de déchirer les ténèbres et d’illuminer le monde

Il est bon que quelqu’un puisse encore sourire ici-bas, un sourire a le pouvoir de déchirer les ténèbres et d’illuminer le monde.La fillette est joyeuse, perchée sur ses épaules; le sourire radieux, elle s’agrippe à son épaisse chevelure, mais son sourire pâlit, puis disparaît dès qu’il la pose devant l’église, toute chose grandit, devenant démesure, les gens se transforment en géants, elle baisse les yeux, trop timide pour les lever et les montrer, ce qui est déplorable car s’il est une chose susceptible de nous sauver, ce sont... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 12:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 1 novembre 2014

La solitude elle, elle est là, là partout, elle est déjà là rien que pour donner du relief aux moments qu'on passera ensemble

"Qu'est-ce qu'on peut y faire, quand une frontière a du sens pour l'un mais pas pour l'autre ? Qu'est-ce qu'on fait ? On s'engueule, on en rie, on contourne, on détourne, on essaye de pas trop se foutre sur la gueule, on avance, on parlemente, on abandonne et on recommence. Des limites sont déjà tracées, d'autres se tracent encore. On veut passer la limite pour pouvoir rencontrer l'autre, pour mieux se découvrir à travers l'autre. Ça n'est possible qu'en passant la limite. A un moment, il faut se mettre en danger, à un moment il... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 12:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 31 octobre 2014

La mesure du temps, c’est le sens

Du temps je ne peux rien vous dire. Si je pouvais parler, je pourrais dire aux autres : En quelle année sommes-nous ? Quel jour ? Le combien ? » Mais à quoi bon ? Qu’est-ce que cela m’apporterait ? De toute façon, le temps se mesure autrement qu’en comptant les jours. A l’extérieur, les gens pensent que ce sont les horloges qui donnent l’heure. Ils règlent leur réveil pour partir au travail et se lèvent quand l’affichage clignote a six heures du matin. Ils lèvent les yeux sur le mur du bureau qui... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 21:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 29 octobre 2014

Là où aucune lumière n'arrive jamais

  "Qu'est ce qu'une caméra peut percevoir de ce qui se passe en moi? Elle capte les remous à la surface du lac. je reste dans mes grands fonds, là où aucune lumière n'arrive jamais." Amélie Nothomb La nostalgie heureuse
Posté par ombretlumiere à 20:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 8 mai 2014

des vents parfois se levent

                                                         sylvie germain
Posté par ombretlumiere à 08:59 - Commentaires [1] - Permalien [#]