mercredi 26 août 2015

chacun de nous est la page d'un livre

                        "Jasper Gwyn disait que chacun de nous est la page d'un livre, mais d'un livre que personne n'a jamais écrit et que nous cherchons en vain dans les rayonnages de notre esprit. Il m'a dit que ce qu'il essayait de faire était d'écrire ce livre pour les gens qui venaient le voir. Il fallait réunir les bonnes pages. Il était sûr d'y arriver." Mr Gwyn de Baricco
Posté par ombretlumiere à 21:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 26 août 2015

quelque chose d'immobile comme un visage sous le passage des ans

Et il expliqua qu'il aurait aimé un fond sonore capable de changer comme la lumière au cours d'une journée, donc de manière imperceptible et continue. Elégante, surtout. C'était très important. Il ajouta également qu'il ne voulait pas l'ombre d'un rythme, mais juste quelque chose en devenir qui suspende le temps, et remplisse le vide d'un itinéraire sans coordonnées. Il dit qu'il aimerait quelque chose d'immobile comme un visage sous le passage des ans.
Posté par ombretlumiere à 21:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 25 août 2015

L'insaisissable réalité du monde

"Ce que nous voyons n'est qu'une toute petite partie de la réalité du monde. Par habitude, nous pensons que c'est ça le monde, mais ce n'est pas tout ça en vérité. Le vrai monde se trouve dans un endroit sombre, plus profond, dont la plus grande partie est occupée par des êtres tels que des méduses. Nous l'oublions, tout simplement. Tu ne crois pas? Les deux-tiers de la planète sont recouverts par la mer, et tout ce que nous pouvons voir avec nos yeux, c'est la surface. Sa peau. Nous ne savons pratiquement rien de ce qu'il ya... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 21:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 28 novembre 2014

Un chant trop nostalgique pour être accessible

  "Je mesurais la difficulté qu'il y avait à toucher la vraie profondeur d'un autre, a fortiori un autre féminin. Oui, l'homme peut-il rejoindre l'extrême désir de la femme dont elle-même ne peut sonder le fond ? Il y a certes la tendresse sans bornes qui fait tomber comme de vaines poussières préventions et fantasmes de l'homme. Il y a des moments d'extase qui entretiennent éphémèrement le rêve de l'Un. L'homme, taraudé par le fini, s'échine à rejoindre la femme, envahie par l'infini, sans jamais y parvenir. Il lui reste à... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 23:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 25 novembre 2014

La seule chose qui nous fait sentir vivant est aussi ce qui lentement nous tue

  "Un sentiment de vide incurable l'assaillit. Jasper Gwyn dut admettre au fond de lui que l'abandon des livres avaient crée un vide dans sa vie qu'il ne pouvait combler sinon à travers des rituels substitutifs imparfaits et provisoires, comme le fait d'assembler des phrases dans son esprit ou de lacer ses chaussures avec une lenteur idiote.Il avait mis des années à admettre l'idée qu'écrire lui était devenu impossible et maintenant il se trouvait forcé de constater que sans ce metier il lui était tres difficile d'aller de... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 23:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
lundi 24 novembre 2014

Le temps qui dure des moments

                                                                               "Il s’est écoulé une éternité.- C’est fini. Maintenant commence le temps, qui dure des moments." Le jour avant le bonheur de Erri De Luca
Posté par ombretlumiere à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 22 novembre 2014

Les ailes des esprits dans les pages des livres

poésie reprise en musique par Chanson Plus Bifluoree que je vous invite à decouvrir - Ecrit après la visite d'un bagne                                                   "Dieu, le premier auteur de tout ce qu'on écrit, A mis, sur cette terre où les hommes sont ivres, Les ailes des esprits dans les pages des livres. Tout homme ouvrant un livre y trouve une aile, et... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 12:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 21 novembre 2014

J'aime tant ça: cette sensation que le désir ne s'épuisera jamais

                                                     J'avance, mot après mot, là où c'est sombre et recouvert de silence..Je ne sais jamais, le matin, ce que l'écriture va faire advenir, où elle va m'emporter -presque chaque jour surgit un nouvel emerveillement et je sais que je n'irai jamais au bout. il faudra toujours chercher à aller plus loin, à s'enfoncer davantage. Et j'aime tant ça: cette... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 20:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 19 novembre 2014

Une vie à soi

                                                   "Tu continues à avancer très lentement dans ce parc dans lequel tu es venue te promener depuis que tu es née. Mais c'est à peine si tu te souviens des promenades d'avant: elles appartiennent à un autre monde desormais; Un monde qui s'est recroquevillé comme un tas de feuille mortes, dans lequel tu ne veux plus retourner. Tu l'as laissé derriere toi; tu... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 22:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 16 novembre 2014

Le sens et le silence.Saisir le secret de ce qui nous échappe

                                          "Frémit frissonne frôle file et défile plie déplie glisse fuit revient repart...... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 20:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]