mercredi 20 juillet 2011

Purge

  "Ce qui m'attire avant tout, ce sont les destins bâillonnés, les personnages muets, les histoires tues. S'approcher du non-dit et tenter de l'articuler, n'est-ce pas l'essence même de l'écriture ?" nous dit Sofi Oksanen à propos de  son livre "Purge"   "Entre rédemption impossible et catharsis, un roman profondément organique, à la violence sourde, terriblement efficace par ses rouages très travaillés." "Trahison, jalousie, meurtre, sexe et dissimulation : Purge sonde les âmes humaines aux heures les... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 15:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 10 juillet 2011

Sur cet arbre ont poussé des chiffons et des fleurs

        Sur cet arbre ont poussé des chiffons et des fleurs Une fleur Un chiffon Une fleur Un chiffon Les plus tristes chiffons Des bérets noirs des chaussettes un jupon troué Des tabliers à fleurs Les oiseaux et les guêpes ont encerclé les fleurs Et des essaims de mouches serrent de près les chiffons Un jour on abattra l'arbre II y aura au coin du feu Des souvenirs et du malheur En parts égales. Paul Vincensini (1930/1985) L'arbre    
Posté par ombretlumiere à 17:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 3 juillet 2011

Non pas s'évader hors des limites de la condition humaine, mais y rentrer

    Un fin d'année scolaire encore passée à une vitesse incroyable et ne m'ayant laissé que peu de temps sur ces pages... Je m'absente quelque temps, pas bien longtemps  moins longtemps d'ailleurs que mon silence dans le tumulte de cette fin d'année! Je vais prendre le temps: stage de tai chuan          "La conscience de nos limites évite le phénomène  d'épuisement. La tragédie grecque nous enseigne que le héros tombe dans le tragique quand il nie ses limites. Il est sauvé... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 12:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 17 juin 2011

le palais qui abrite mes rêves est un récif

Trois Étoiles   J'ai perdu le regret du mal passé les ans. J'ai gagné la sympathie des poissons. Plein d'algues, le palais qui abrite mes rêves est un récif et aussi un territoire du ciel d'orage et non du ciel trop pâle de la mélancolique divinité. J'ai perdu tout de même la gloire que je méprise. J'ai tout perdu hormis l'amour, l'amour de l'amour, l'amour des algues, l'amour de la reine des catastrophes. Une étoile me parle à l'oreille : Croyez-moi, c'est une belle dame Les algues lui obéissent et la mer... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 12:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 14 juin 2011

Châteaux éphémères

      "Qu'un grain se glisse dans la blessure si mal refermée et tout bascule : amours, rêves, certitudes. Notre chemin se perd sous le sable, pierre sans mémoire qui coule entre nos doigts, chair des destins fragiles, ciment des châteaux éphémères."   Philiippe Grimbert    Un garçon singulier     
Posté par ombretlumiere à 11:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 2 juin 2011

Epouvantails

Un épouvantail... des  épouvantaux?!   "Une cloche tinte dans le petit matin, cristalline. Le vent en essaime les notes frêles. Un coq aussitôt lance son cri en écho à ce salut gracieux ; un cri gracieux ; un cri râpeux, sonore, qui déchire la brume ; Le ciel rosit, le coq lève très haut la tête, sa crête écarlate dressée en oriflamme pour annoncer l’imminence du soleil.  Une silhouette émerge au bord d’un champ de navets. Tête inclinée, bras écartés, elle aussi semble célébrer la naissance... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 23:36 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 2 juin 2011

point d'interrogation

Hein ? Quoi ? C’est à mon tour ? Ne puis-je seulement faire demi-tour ? Qui suis-je ici ? Qui dois-je interpréter ? Quel est mon rôle et mon identité ? S’il vous plaît ai-je mon nom ? Hein ? Quoi ? Vous dîtes ? Pardon ? Si grande est ma confusion ? Non ?? Comment ? Pourquoi ? Je vous en prie dites-moi quoi ? Dans le chaos de mes émotions Ma mémoire est un point d’interrogation. Geneviève Caron
Posté par ombretlumiere à 15:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 31 mai 2011

L'alchimie invisible des signes tracé

  "Je ne connaissais ni le titre ni l'auteur de ce roman. Je l'ai feuilleté et me suis arrêté au hasard sur un paragraphe. J'ai lu trois fois dix lignes à cinquante pages d'intervalle. Il y a dans la lecture quelque chose qui relève de l'irrationnel. Avant d'avoir lu, on devine tout de suite si on va aimer ou pas. On hume, on flaire le livre, on se demande si ça vaut la peine de passer du temps en sa compagnie. C'est l'alchimie invisible des signes tracés sur une feuille qui s'impriment dans notre cerveau. Un livre, c'est un... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 17:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 29 mai 2011

La mort est quelque chose de vivant. Elle porte le sens de la vie, sa valeur infinie.

C'est cette maturité qui fait envisager le temps sous un autre angle en faisant apercevoir une irréversibilité créatrice derrière l'irréversibilité destructrice. Le langage l'exprime fort bien quand il parle d'avancer en âge pour qualifier le fait de vieillir. On avance quand on vieillit. On ne fait pas que reculer. La vieillesse n'est pas simplement la jeunesse qui recule. Elle est le temps qui avance. Cela permet de percevoir la mort sous un autre angle. La mort n'est pas simplement ma mort, ni ta mort, ni sa mort. C'est « la... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 22:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 22 mai 2011

Poussière d'or

     "Le temps est comme un sablier brisé en sa base qui se déverse dans un océan de sable dans lequel viennent s'échouer nos souvenirs dorés. Nous seuls pouvons distinguer et conserver la trace de ces poussières d'or."       Une phrase empruntée à mon frère que je découvre poète à ses heures...   L'un des garants de nos belles poussières d'or...  
Posté par ombretlumiere à 13:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,