lundi 26 octobre 2015

Comme quelqu'un qui cherche à lire ce qui ne déchiffre plus

Comme quelqu'un qui cherche à lire ce qui ne déchiffre plus les mots du livre, comme quelqu"un qui tend la main et toutes les mains se détournent comme quelqu"un qui a beaucoup marché et maintenant il ne sait plus s'il doit faire halte Comme qui ressemble à ce qu'il n'est pas et quelque chose se rebelle en lui et puis s'épuise   Morceaux de ciel Presque rien de Claude Esteban  
Posté par ombretlumiere à 18:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 9 septembre 2015

Seul le vent

                                             Seul le vent   Nous sommes là silencieux depuis de longues heures déjà Sous le ciel du matin réunis en petits groupes tirant sur une cigarette Ou jouant du bout du pied avec un caillou. N’attendez pas de nous que nous parlions. Nos mots n’ont plus de force contre le monde. Alors nous les gardons pour nous Et nous écoutons le vent qui fait trembler la toile de la... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 10:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 1 septembre 2015

Les larmes resteront dans les cieux

"ce qui arrive quand on ne veut pas mourir de chagrin, on cherche à respirer différemment, moins profondément, en veillant à laisser les sentiments flotter à la surface." Monsieur est mort  de Karine  Silla  
Posté par ombretlumiere à 22:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 21 novembre 2014

J'aime tant ça: cette sensation que le désir ne s'épuisera jamais

                                                     J'avance, mot après mot, là où c'est sombre et recouvert de silence..Je ne sais jamais, le matin, ce que l'écriture va faire advenir, où elle va m'emporter -presque chaque jour surgit un nouvel emerveillement et je sais que je n'irai jamais au bout. il faudra toujours chercher à aller plus loin, à s'enfoncer davantage. Et j'aime tant ça: cette... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 20:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 10 novembre 2014

Le Passe-Temps

Le Passe-Temps A ceux que mon coeur aime et dont il se souvient, à ceux qui m'ont aimé une fois seulement dans ce passage étroit entre nuit et lumière, quelle autre voix déjà presque muette en moi murmure-t-elle encore à l'oreille de personne : "Merci, chers compagnons des rires et des larmes, merci, les mains tendues, et puis adieu, adieu -" ?
Posté par ombretlumiere à 19:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 13 février 2012

nous allons et nous allons vêtus d'ardeur, vêtus de nuit;

  A la lisière   Tu ne sais où nous allons Plus étranges que le mystère, Entre le gris et l'étincelle Aimant la rosé, aimant  l'ami, Embourbés dans nos ruelles Semblables et lisses dans la mort.   Te ne sais d'où nous venons De quel séjour vers quelle poursuite, Avec nos ongles avec nos ailes A la lisière de nos deux vies; Dessous les toits, devers l'immense, Entre nos murs et notre cri.   Mais nous allons et nous allons Vêtus d'ardeur, vêtus de nuit; Comme si l'autre monde était le... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 17:32 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 29 janvier 2012

Le Temps dira, sans plus: Je te l’avais bien dit

    Le Temps dira, sans plus: Je te l’avais bien dit.Seul, le temps sait le prix qu’il faudra que l’on paie,Et je te l’apprendrais, si je pouvais le dire. Si nous devons pleurer quand les clowns se produisentEt si nous trébuchons quand jouent les musiciens,Le Temps dira, sans plus: Je te l’avais bien dit. Nul ne peut prévoir l’avenir, et cependantComme je t’aime plus que je ne saurais le dire,Ah, je te l’apprendrais, si je pouvais le dire. Il faut bien que les vents soufflent de quelque part,Il faut bien expliquer que... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 17:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 29 novembre 2011

La poésie rêve ce que j'oublie

      Dire: Faire   Entre ce que je vois et dis, entre ce que je dis et tais, entre ce que je tais et rêve, entre ce que je rêve et oublie, la poésie. Elle glisse entre le oui et le non : elle dit ce que je tais, elle tait ce que je dis, elle rêve ce que j'oublie. Elle n'est pas un dire : elle est un faire. Elle est un faire qui est un dire. La poésie se dit et s'entend : elle est réelle. Et à peine je dis elle se dissipe. « elle est réelle », Est-elle ainsi plus réelle? Idée palpable,... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 16:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 27 novembre 2011

La descente faite de désespoirs sans s'achever entraîne un autre éveil : qui est l'inverse du désespoir.

  La descente nous attirecomme nous attira la montéeLa mémoire est une manièred'accomplissementune manière de renaissanceet mêmeune initiation, puisque les espaces qu'elle révèle sontde nouveaux territoirespeuplés de hordesjadis inaperçues,d'une autre espèce –puisque leurs déplacementsont pour buts d'autres buts(même s'ils furent, en d'autres temps, abandonnés) Nulle défaite n'est seulement faite de défaite – puisquele monde qu'elle révèle est un territoiredont on n'avait jamaissoupçonné l'existence. Un mondeperdu,un monde... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 10:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 20 juillet 2011

Purge

  "Ce qui m'attire avant tout, ce sont les destins bâillonnés, les personnages muets, les histoires tues. S'approcher du non-dit et tenter de l'articuler, n'est-ce pas l'essence même de l'écriture ?" nous dit Sofi Oksanen à propos de  son livre "Purge"   "Entre rédemption impossible et catharsis, un roman profondément organique, à la violence sourde, terriblement efficace par ses rouages très travaillés." "Trahison, jalousie, meurtre, sexe et dissimulation : Purge sonde les âmes humaines aux heures les... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 15:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,