dimanche 13 septembre 2015

Comme le courant d’un fleuve

"Dans la vie, nous sommes impuissants face à certaines réalités, je le sais bien. Très peu de choses dépendent de notre volonté, dans la plupart des cas, les événements nous entraînent comme le courant d’un fleuve, ils s’enchaînent sans rapport avec notre volonté sur l’immense paume de la main d’une instance supérieure." Le restaurant de l'amour retrouvé de Ito Ogawa
Posté par ombretlumiere à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 13 septembre 2015

les trains que l’existence nous offre

                                La difficulté de faire un choix vient de ce que, souvent, nous n’avons que quelques minutes pour l’opère alors même que, dans cet espace de temps ridiculement court, toute notre vie peut basculer. La vie réussit généralement aux personnes qui sont capables, parfois sans le savoir de faire les bons choix rapidement. Une sorte d’instinct les pousse à accomplir ce qu’il ya de meux pour eux, et les mène dans la bonne... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 10:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 19 novembre 2014

Une vie à soi

                                                   "Tu continues à avancer très lentement dans ce parc dans lequel tu es venue te promener depuis que tu es née. Mais c'est à peine si tu te souviens des promenades d'avant: elles appartiennent à un autre monde desormais; Un monde qui s'est recroquevillé comme un tas de feuille mortes, dans lequel tu ne veux plus retourner. Tu l'as laissé derriere toi; tu... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 22:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 13 avril 2014

Avec du temp perdus

"La vie est un theatre...où l'on paye sa place avec du temps perdus. " J'emprunte et detourne (mais au final si peu) cette citation de Doisneau "Paris est un theatre où l'on paie sa place avec du temps perdu. L'ennui maintenant c'est que les gens ne savent plus flâner. Alors, quand on reste, comme ça, aux aguets, on a l'air louche." Robert Doisneau                                                   ... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 19:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 31 mars 2014

Le vent qui souffle sur les hommes

    Le vent, maître de l'espace en expansion, maître du vide, seigneur du Rien. Le vent, qui souffle sur les hommes comme sur les fleuves et sur la neige, et qui les pousse ici ou là, ailleurs, toujours plus loin. Tout est nomadisme. Sylvie Germain Le monde sans vous       "Vent, tout est promesse de vent. Le vent peut souffler." Profane  de Jeanne Benameur        
Posté par ombretlumiere à 00:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 31 mars 2012

Le temps est un fleuve qui m’emporte, mais je suis le fleuve

    Le temps est la substance dont je suis fait.   Le temps est un fleuve qui m’emporte, mais je suis le fleuve.  C’est un tigre qui me dévore, mais je suis le tigre.  C’est un feu qui me consume, mais je suis le feu.     Jorge Luis Borges Une nouvelle réfutation du temps.  
Posté par ombretlumiere à 12:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 15 mars 2012

Sur les rives de la corne d'or

Posté par ombretlumiere à 23:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 5 mars 2012

j'écoute Istambul les yeux fermés

J'écoute Istanbul, les yeux fermés D'abord une brise légère doucement; Tout doucement se balancent Les feuilles sur les arbres dans le lointain, Tout au loin Les cloches obstinées des porteurs d'eau J'écoute Istanbul, les yeux fermés J'écoute Istanbul, les yeux fermés Tandis que passent les oiseaux Tout là-haut, par longues bandes criardes Dans les pêcheries on tire les filets Les pieds d'une femme baignent dans l'eau J'écoute Istanbul, les yeux fermés J'écoute Istanbul, les yeux fermés Les voûtes du... [Lire la suite]
Posté par ombretlumiere à 18:44 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
lundi 26 décembre 2011

Dans l'envol sentir le ciel plus vaste

  «Ne le savais-tu pas déjà? Ouvre grand tes bras, que leur vide rejoigne les espaces où nous prenons souffle : peut-être les oiseaux, dans le secret savoir de leur vol, sentiront-ils le ciel soudain plus vaste ? » Élégies de Duino, Rainer Maria Rilke 
Posté par ombretlumiere à 11:36 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 15 octobre 2011

Moment furtif

  Ce matin, durant petit dejeuner, dans un rayon de soleil, un ecureuil dans un arbre du jardin... Petit moment de bonheur furfif et doux...      
Posté par ombretlumiere à 12:46 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,