feuilles grillage

"Tu continues à avancer très lentement dans ce parc dans lequel tu es venue te promener depuis que tu es née. Mais c'est à peine si tu te souviens des promenades d'avant: elles appartiennent à un autre monde desormais; Un monde qui s'est recroquevillé comme un tas de feuille mortes, dans lequel tu ne veux plus retourner. Tu l'as laissé derriere toi; tu aimerais que ce ne soit plus ton histoire, tu aimerais que ce pan là de ta vie soit hors de toi, arraché à toi, même si au fond, tu sais bien que ça t'appartiendra tujours; tu sais bien que cela te constitue. Tu sais bien que que ça te collera à la peau toute ta vie, comme une mince pellicule de colle transparente- il n'y a que toi qui le sens, il n'y a que toi que ça rend dingue. Mais ce temps-là est fini. Lorsque tu essaies de te souvenir du temps d'avant - et c'est pourtant si proche, cela remonte à deux, trois ans à peine- tu ne te souviens plus très bien. tout t'apparaît très flou. Tu as tellement oublié déjà de cette histoire-là, où tu étais en vie mais pas vivante. Il y a tant à vivre à présent. Il y a tant à decouvrir. Tout ce que tu ne connais pas encore, et qui t'attire tant. Aller vers ce qu'on ne connaît pas : quoi de plus excitant?"

 Une vie à soi de Laurence Tardieu