vbn_

 

Tao

Bonheur — ou comment dire cet espace du souffle

élargi tout à coup aux dimensions du ciel

quand l’instant d’avant : vertige, angoisse,

que sais-je? tu trébuchais

 

à chaque pas sur ton propre corps.

Parler est impossible et toi-même peu digne

d’ouvrir la bouche ici, sinon peut-être, oui,

comme un poisson sur l’herbe

 

entre les jambes du pêcheur qui rêve.

L’ombre de la ligne n’empêche pas le courant,

ni ta main crispée le temps qui passe,

laisse aller, laisse, car tout est perte

 

et qui veut prendre — et nommer est-ce autre chose?


Guy Gofette