1.jpg

Elle pose ses mains sur l'appui de la fenêtre. elle sépare les rideaux, rompt le triangle, soulève à peine le châssis, sent le vent ricocher sur sa peau. Cendre et poussière, une clarté qui expurge la noirceur des choses. ce qu'à petits pas nous faisons, nous imposons de la lumière et nous l'entretenons..
elle remonte la vitre un peu plus haut. les sons  dehors se détachent lentement, voitures bourdonnement métalliques, grues, cris d'enfants, terrains de jeux, les branches des arbres qui fouettent l'avenue.
Le rideau retombe mais un trait de clarté s'est inscrit sur le sol, comme une allée.
Pas à pas nous trébuchons dans le silence à petits bruits, nous trouvons chez les autres de quoi survivre à nos vies. Et c'est presque assez. Tourne le monde sous nos pas hésitants. cela suffit.
La trace imperceptible d'une haleine, le tic-tac, le ventilateur. le vent.
Le vaste monde.

et que le monde poursuive sa course folle de Colum McCann